Chaires

Chaire Charles-Albert-Poissant de transplantation cornéenne de l’Université de Montréal

Créée en 2007 grâce aux généreux dons de Charles-Albert Poissant, Jean Picard, la Fondation Jacques Francoeur et l’Institut national canadien pour les aveugles, la Chaire Charles-Albert-Poissant se consacre aux travaux de recherche dans le domaine de la transplantation cornéenne.

Ces travaux, dirigés par la docteure Isabelle Brunette, donnent l’espoir à plusieurs personnes non-voyantes d’améliorer leur vue et même de la retrouver totalement. En effet, l’utilisation de la technologie du laser femtoseconde, lorsqu’elle aura passé toutes les étapes d’acceptation de Santé Canada, améliorera de façon significative le résultat fonctionnel de la greffe de la cornée ce qui aura un impact majeur sur la qualité de la vision et la qualité de vie des patients. De plus, cette nouvelle technologie permettra de diminuer de beaucoup les listes d’attente pour bénéficier d’un don de cornée.

Chaire Léopoldine A. Wolfe de recherche clinique/translationnelle en prévention de la cécité causée par la dégénérescence maculaire liée à l’âge de l’Université de Montréal

La chaire a été créée en 2007 dans le but de soutenir la recherche en prévention de la cécité causée par la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). La chaire a comme objectif de faire progresser nos connaissances sur le sujet afin de prévenir l’apparition de la DMLA ou du moins, d’identifier des interventions environnementales et thérapeutiques qui soient bénéfiques pour les individus atteints de DMLA.

Les apprentissages et découvertes issus des laboratoires de recherche fondamentale bénéficient aux patients atteints de DMLA.

Chaire Suzanne Véronneau-Troutman M.D., FRCS(C), FACS du Département d’ophtalmologie de l’Université de Montréal

Créée en 2012 grâce à la philanthrope Dre Suzanne Véronneau-Troutman M.D., diplômée de l’Université de Montréal en 1957, la chaire a comme objectif de promouvoir et développer le potentiel en enseignement et en recherche du Département d’ophtalmologie de l’Université de Montréal, et ce, dans le but d’assurer le maintien de son classement parmi les meilleurs départements d’ophtalmologie en Amérique du Nord et dans le monde.

Cette chaire départementale a été établie grâce à un don de trois millions de dollars du Dre Véronneau-Troutman.

Chaire Fondation Caroline Durand en thérapie cellulaire des maladies de l’œil de l’Université de Montréal à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Créée en 2014 par un généreux don de la Fondation Caroline Durand, la chaire permet le recrutement d’un chercheur de haut calibre en thérapie cellulaire en ophtalmologie. Le titulaire sera amené à mettre en place un programme de recherche unique en thérapie cellulaire pour le traitement des maladies de l’œil. Celui-ci jouera un rôle majeur dans la formation de jeunes chercheurs et établira un pont entre la recherche fondamentale et la recherche clinique.

La chaire permettra de répondre à d’importantes questions liées aux maladies de l’œil et à la vision, tout en visant plus largement le développement de connaissances scientifiques sur le fonctionnement du corps humain. Grâce aux progrès des technologies de l’imagerie médicale, l’œil constitue un modèle absolument unique pour l’étude des nerfs, des vaisseaux et des phénomènes inflammatoires dans leur milieu naturel. Ainsi, les connaissances générées pour l’œil pourront-elles ensuite être appliquées à d’autres cellules, tissus et organes du corps humain.

Bourse professorale Wolfe en recherche translationnelle en prévention de la cécité liée aux maladies uvéales et de la rétine

Créée en 2016, la Bourse professorale Wolfe en recherche translationnelle en prévention de la cécité liée aux maladies uvéales et de la rétine a comme objectif général de soutenir la recherche translationnelle dans ce secteur de l’ophtalmologie.

Grâce au développement de nouveaux traitements thérapeutiques, nous espérons que la recherche effectuée grâce à cette bourse professorale puisse avoir un impact sur la société en réduisant les coûts à long terme pour notre système de soins de santé et d’autre part, sur le bien-être humain en rendant disponible de nouveaux médicaments pour la rétinopathie et la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

 

 

 

 

×